« White Spirit » , la production qui mêle street-art, danse, chant et transe soufie. L’artiste calligraphe Hosni Hertelli alias Shoof s’est associé avec les derviches tourneur de Damas en novembre 2015 ; pour six représentations du spectacle “White Spirit” au musée du Quai Branly.

La démarche de Shoof est « minimaliste » : un seul pinceau, une seule couleur, un seul rythme pour « renouer avec le battement premier, celui qui résonne au fond de chacun d’entre nous, celui du cœur ».
Jeune Afrique

« White Spirit », Shoof
« White Spirit », Shoof
« White Spirit », Shoof

« Leurs univers se déploient en parallèle, avant de se mêler dans un ensemble hypnotique et luminescent. »
Le Monde

« White Spirit », Shoof

Flore.

Article précédent
Les huttes du peuple nomade "Dassenetch" en Ethiopie
Article suivant
''Le poète est un intermédiaire entre l'homme raisonnable et le fou.''