« White Spirit » , la production qui mêle street-art, danse, chant et transe soufie. L’artiste calligraphe Hosni Hertelli alias Shoof s’est associé avec les derviches tourneur de Damas en novembre 2015 ; pour six représentations du spectacle “White Spirit” au musée du Quai Branly.

La démarche de Shoof est « minimaliste » : un seul pinceau, une seule couleur, un seul rythme pour « renouer avec le battement premier, celui qui résonne au fond de chacun d’entre nous, celui du cœur ».
Jeune Afrique

« White Spirit », Shoof
« White Spirit », Shoof
« White Spirit », Shoof

« Leurs univers se déploient en parallèle, avant de se mêler dans un ensemble hypnotique et luminescent. »
Le Monde

« White Spirit », Shoof

Flore.

Article précédent
Les huttes du peuple nomade "Dassenetch" en Ethiopie
Article suivant
''Le poète est un intermédiaire entre l'homme raisonnable et le fou.''

Commentaires

N'hésitez pas !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *