Dans la ville, nous ne voyons pas toujours les choses évidentes, nous ne nous y intéressons pas parce qu’elles ne rentrent pas dans les codes de la société.
Et si un espace délaissé ou un objet auquel nous ne faisons pas attention, avait plus de valeur que tous les autres objets existants et fonctionnels ?
ADD, Afrique Design Daily l’identifie comme le design non perçu.
Et si l’invisible devenait visible ?

Dans les rues de la ville d’Abidjan, on observe de petits panneaux sur des poteaux indiquant le nom des rue mais auxquels personne ne prête attention. Pour les ivoiriens, les indications font plutôt référence à des noms de lieu, à des moments, à des espace et à des images.

Un petit exemple: j’ai rendez-vous avec un ami et je ne connais pas le lieu de notre rencontre.Il m’indique l’endroit de la manière suivante :
‘Tu prends la route où il y a beaucoup de vendeuses à la sauvette et arrivé à une intersection, il y a une grosse vendeuse d’alloco (banane plantain frit à la poêle) derrière son hangar il y a un bâtiment orange, je t’attends derrière celui ci !’

Aucune personne vivant en Côte d’Ivoire ne peut dire qu’il identifie toujours un endroit par rapport au nom de la rue. C’est vraiment rentré dans les mœurs de donner des indications par rapport à des événements.

Pourrait-on appeler ce genre d’orientation la signalétique ephémère ?

Flore.

Article précédent
Les espaces confinés peuvent-ils générer du lien ? : L’exemple du « wôro-wôro »
Article suivant
Interdit de pisser ici !!!

Commentaires

N'hésitez pas !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *