Dans la ville, nous ne voyons pas toujours les choses évidentes, nous ne nous y intéressons pas parce qu’elles ne rentrent pas dans les codes de la société.
Et si un espace délaissé ou un objet auquel nous ne faisons pas attention, avait plus de valeur que tous les autres objets existants et fonctionnels ?
ADD, Afrique Design Daily l’identifie comme le design non perçu.
Et si l’invisible devenait visible ?

Quelques murs d’Abidjan sont souvent marqués par des inscriptions du genre :

  • Interdit de pisser sous peine d’amende 10000 Fcfa (environ 15 euros)
  • Interdit de pisser sous peine de palabre (bagarre)
  • Interdit de pisser sinon tu ne retrouveras plus ta tête…
  • La plupart de ces mots sont écrits de manière anarchique sur les murs par les propriétaires des lieux se plaignant d’odeur de pisse.

    Crédit Photos : ADD, Afrique Design Daily-Treichville, Abidjan Côte d’ivoire.

    Les propriétaires marquent leur territoire par écrit, ils s’approprient leur espace, ils prennent en main leur bien ou souvent même leur rue.

    Le fait que cette population soit un acteur de son quartier, de sa ville, le hisse-t-il au rôle d’urbaniste ?

    Un urbaniste qui n’a pas les moyens de réamenager sa ville avec des infrastructures mais de participer avec ses moyens de bord à son épanouissement.

    Crédit Photos : ADD, Afrique Design Daily-Treichville, Abidjan Côte d’ivoire.

    Flore.

    Article précédent
    Les rues d'Abidjan
    Article suivant
    Plateau surnommé ‘petit Paris’ ou Bienvenue chez Dracula !

    Commentaires

    N'hésitez pas !

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *