Kezi Nyanga Willys est une artiste originaire de la République Démocratique du Congo. En 2008, elle est diplômée en arts plastiques à l’académie des beaux arts de Kinshasa.

Plasticienne, peintre et sculpteuse, Kezi s’adonne sans équivoque à plusieurs autres techniques artistiques comme le collage. Plus récemment elle réalise sa dernière série sur des sacs de courses en papier kraft, utilisés comme contenant. Attirée par les villes africaines et inspirée par l’actualité, la presse, l’environnement et la nature, elle n’oublie jamais son sujet de prédilection la ‘femme’.

Aujourd’hui elle nous parle de son art et particulièrement de sa dernière série Blessure / Luxure …

La série Blessure / Luxure – est réalisée sur des sachets en papier, avec lesquels on fait les courses. A force de les accumuler, j’ai aimé ces papiers qui semblent me correspondre : fragiles et solides, jetables et utiles, à garder et à recycler. Ils sont aussi, pour cette série, le symbole de la société de consommation.

Kezi Niangi Willys, série Blessure / Luxure 2017
Kezi Niangi Willys, série Blessure / Luxure 2017
Kezi Niangi Willys, série Blessure / Luxure 2017
Kezi Niangi Willys, série Blessure / Luxure 2017

Sur ce support, j’étudie et interroge les poses de certaines femmes que je suis sur les réseaux sociaux. Quotidiennement ces femmes se mettent en scène et posent pour leur réseau internet. Les mots clés ‘hashtag’ qu’elles veulent représenter sont le luxe, la beauté et l’élégance ; en réalité ne se vendent-elles pas également comme objet de désir, comme monnaie d’échange ?
Je m’intéresse aux parcours de ces femmes, et je me demande aussi si parfois elles se posent la question de la réalité faussée qu’elles montrent. Elles deviennent une image parfaitement normée et inaccessible qui ne correspond pas aux besoins quotidiens simples.

Kezi Niangi Willys, série Blessure / Luxure 2017
Kezi Niangi Willys, série Blessure / Luxure 2017

D’où viennent ces vendeuses de fausses images ?
À quel moment l’image est devenue leur maître ?
La femme n’est-elle qu’à la poursuite d’une image ?
Quelle est cette nouvelle forme de prostitution ?

Kezi Niangi Willys, série Blessure / Luxure 2017
Kezi Niangi Willys, série Blessure / Luxure 2017
Kezi Niangi Willys, série Blessure / Luxure 2017

 

Dans mon enquête, je deviens le voyeur mais également, en tant que femme, l’amie et complice de ces profils internet. Ainsi, de cette réflexion particulière sur ces quelques femmes qui se mettent en scène se pose également la question de la dictature de l’image et des profils internet et plus largement de la dimension politique et intime qu’implique cette dictature silencieuse.

Du 20 octobre au 12 novembre 2017 elle a été invité à participer à l’exposition Fragile Beauty par Barthélemy Toguo.

Flore.

Article précédent
La plus grande fresque murale de l’Afrique centrale et de l’est par WiseTwo
Article suivant
Un réel goût d' ''art'' tivisme dans ses illustrations ...

Commentaires

N'hésitez pas !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *