On l’avait rencontré pour vous dans une interview où il nous racontait d’où lui était venu ce engouement pour l’Afrique. Tim Frager revient chez ADD pour nous présenter son nouveau projet. Il a réalisé une série de motifs à l’encre de chine sur les façades d’un ancien bâtiment industriel à Capbreton.

Les enfants sauvages, Tim Frager

Ce bâtiment fait l’objet d’un projet artistique éphémère : Lesenfantsauvages, porté par l’association “Libre comme l’art” à Capbreton. Ces motifs font écho à ceux qu’on retrouve sur des maisons en Afrique ou sur des tissus traditionnels. Il a été fortement inspiré par leur graphisme qui illustre pour lui différentes thématiques : végétale, animale et architecturale, mais aussi beaucoup d’espoir.

Tim Frager + lesenfantsauvages, Capbreton

” Cette série répond à la fois à la pulsion de réveiller mes souvenirs, au fantasme de s’accaparer entièrement et délibérément un espace, et à la volonté de faire coexister ces trois identités : Africaine, Créole et Métropolitaine.”

Tim

Tim Frager + lesenfantsauvages, Capbreton
Tim Frager + lesenfantsauvages, Capbreton
Tim Frager + lesenfantsauvages, Capbreton

Cette intervention est la troisième d’une série qui s’intitule Motifs. Pour la réalisation, il crée in situ, sous forme d’écriture spontanée et répétée, des motifs qui font référence à la culture afro-caribéenne. Au sein de différents espaces et sur différents supports qu’ils soient extérieurs ou intérieurs, publics ou privés, étrangers ou intimes.

Tim Frager + lesenfantsauvages, Capbreton

Quelques images de la série “Motifs”

Tim Frager, Blockhaus, série Motifs
View this post on Instagram

Blockhaus, série Motifs. Intervention sur le blockhaus de la gravière- Hossegor dans le cadre du Little Festival! L’idée est de transformer un symbole de guerre en manifeste de liberté multiculturelle. Les motifs font échos à ceux que l’on retrouve dans la région de Tiébélé (Burkina Faso) tatoués sur les maisons à la géométrie proche de celle du blockhaus. Leur graphisme illustre différentes thématiques (végétaux, animaux, artisanat, l’espoir…) tout en perpétuant la mémoire des anciens, fonction patrimoniale que le bunker remplit à sa façon en nous rappelant à l’histoire. Agir sur cette masse de béton, enfouie dans le sable, rejoint la thématique abordée lors de mon exposition “Concrete Jungle” (Jungle de béton 2017) où il était également question de ce rapport entre “constructions massives”, et “paysages sauvages”. . À travers ce travail, l’occasion m’est donnée de jeter des ponts entre les cultures et les histoires, dont les expressions sont en réalité invisiblement liées par le temps humain. Merci à toute l’équipe du Little pour ce projet et particulièrement à Marianne pour son implication dans le pilotage du projet et dans son rôle de couteau suisse. Merci à la ville d’Hossegor et à toutes les petites mains qui passaient par là et qui ont tenu un pinceau, ou un stylo, comme @shapermodern & @rocanosse par exemple! . . . Photos @olivierseni @little_festival_fr @hossegorofficiel @mariannegazel . . . #blockhaus #hossegor #france #histoire #liberte #littlefestival2018 #ink #black #and #ivoire #bunker #painting #tiebele #africa

A post shared by TIM FRAGER (@timfrager) on

Tim Frager, Blockhaus, série Motifs
Tim Frager, Salle de bain, série Motifs

Flore.

Article précédent
Yasuyoshi Chiba remporte le World Press Photo de l'année 2020
Article suivant
L'incroyable troupe feminine de "Fantasia" au Maroc par Dazed Magazine