Tout comme les pionniers de la photographie, Étienne-Jules Marey ou encore Eadweard Muybridge, Robin Rhode artiste sud-africain décompose le mouvement.
Rhode réalise des arrêts sur image qui mêlent, street art, danse et dessin évoluant à chaque prise.
Dans l’espace public, il dessine sur les murs avec de la craie ou du fusain des objets du quotidien en 2D. A la lecture, l’œuvre devient tridimensionnelle (réel), puis il les photographie.
Souvent des acteurs interagissent avec ses dessins.
Dans  son travail Rhode s’inspire du hip-hop, de la culture liée au sport et de l’art du graffiti.

ROBIN RHODE

Il déclare : “En tant que Sud-Africain, je me sens obligé de créer ma propre histoire en travaillant avec certains matériaux de tous les jours qui incarnent un récit sociopolitique … C’est ma force motivante : je dois raconter ces histoires … Ma voix sera entendue. Vous pouvez tout enlever – je vais encore faire de l’art. Je ne dépends pas de l’économie, du matériel, des idées. J’ai fait de l’art avec de la craie sur des murs en béton, et je vais toujours le faire. ”  source NCMA.

ROBIN RHODE, Birdman, 2014.
ROBIN RHODE
ROBIN RHODE
Robin Rhode A Day in May (still), 2013 Single-channel HD digital video, sound, 3:14 min Courtesy of the artist

Du 26 avril au 28 août 2017 Rhodes exposera à la Fondation Vuitton, «Afrique, le nouvel atelier» .
Il vit et travaille à Berlin.

Crédits photos : Robin Rhode

Flore

 

Article précédent
Corps - Espace - Mémoire : Mehdi-Georges Lahlou
Article suivant
Ces assises suspendues créent un environnement immersif ...

Commentaires

N'hésitez pas !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *