En ce moment Laura Windvogel alias ‘Lady Skollie’ expose pour la première fois à la Tyburn Gallery à Londres.
Jeune artiste sud-africaine en vogue que tous s’arrachent … Face à un tel engouement, nous avons décidé d’en savoir plus sur cette artiste féministe.
Lady Skollie est une artiste originaire de Cape town qui parle sans contrefaçon de sexualité, de tabou et de genre.
Avec ses médiums de prédilections : l’encre, l’aquarelle et le crayon, elle n’hésite pas à briser certains sujets qui sont encore tabous dans nos sociétés et surtout en Afrique du sud.
Dans ses oeuvres colorées, pop (nous rappelant les velvets underground ou Andy Wharrol) et éclectiques on observe des papayes et pommes fendues ou encore des bananes. Les fruits utilisés ici deviennent des symboles érotiques. Son travail est à la fois audacieux, vulnérable et exprime la dualité de la sexualité humaine.
Avec cette nouvelle exposition Lust Politics, nous sommes dans un véritable show case s’interrogeant sur les questions du désir humain et de la sexualité. L’artiste, pleine d’énergie et “haute en couleur”, prend position pour le droit des femmes à travers le monde et leur émancipation.
Des travaux comme “i’m not a possession if I want it, right ?” et “Pink Dick : Sometimes I reluctantly reflect on all the times I allowed my pussy to be colonized” sont une lettre ouverte répondant aux thèmes de l’abus et de la féminité ou encore à la relation entre l’intimité et la violence.

Lady Skollie, Pink Dick: Sometimes I reluctantly reflect on all the times I allowed my pussy to be colonized, 2016. Ink and crayon on Fabriano, mounted on plexiglass. 210 x 100cm. Image courtesy of the artist and Tyburn Gallery.


Notre artiste radicale et totalement impliquée ne manque pas d’idées et devrait nous surprendre dans les années à venir.
Afin de faire perdurer son art et son combat pour la lutte des femmes elle ne devrait pas manquer de trouver de nouveaux sujets dans notre ère sociale actuelle.
Si vous en avez la possibilité n’hésitez pas à passer faire un saut à la Tyburn Gallery, Londres, vous y contemplerez une exposition pleine de fantaisies jusqu’au 4 mars 2017.

Lady Skollie, copyright the artist, courtesy Tyburn Gallery. Photo by Anthea Pokroy.
Lady Skollie, Lust Politics, installation view at Tyburn Gallery, London, Photo by Lewis Ronald, courtesy the artist and Tyburn Gallery.
Lady Skollie, Kind of, sort of united we stand the ups and downs of competitive sisterhood, 2016, crayon, ink, collage and 24ct gold leaf on Fabriano, 170 x 170 cm, © the artist, Courtesy Tyburn Gallery.

 

Credits photos : Courtesy Tyburn Gallery and the artist.
Flore

Article précédent
Laeti Ky selon elle et selon eux ...
Article suivant
Le «calligraffeur» EL SEED !